Accès aux handicapés : la loi de 2005 repoussée de 3 à 9 ans

alt

Source : www.liberation.f

En 2005, la loi donnait dix ans aux établissements accueillant du public pour se mettre aux normes. Le gouvernement a décidé de rallonger les délais.

Prendre un bus, acheter du pain à la boulangerie ou simplement se pointer au guichet de la mairie pour, soyons fou, s’inscrire sur les listes électorales… Des milliers de personnes handicapées ne peuvent toujours pas se payer ce luxe. Elles vont devoir encore attendre.
La loi sur l’égalité des chances de 2005, l’un des grands chantiers de Jacques Chirac, avait pourtant posé le principe d’une accessibilité pour tous, prévoyant que tous les lieux accueillant du public (boutiques, écoles, transport, services publics…), se mettent aux normes fissa. Enfin, façon de parler : la loi avait quand même accordé un délai de dix ans, donc jusqu’en 2015, pour faire les travaux. Ou dans les cas où des aménagements ne seraient pas possibles, de prévoir des moyens de substitution. Par exemple, créer un service de livraison à domicile pour les boutiques de trop petite taille, où les transformations sont irréalisables.

Au moment de l’adoption de cette loi, les associations étaient déjà méfiantes : les textes de loi, ce n’est pas ce qui manque. Le plus dur, c’est de les faire appliquer, avertissaient-elles, rappelant que dès 1975, une loi prévoyait un «accès des personnes handicapées aux institutions ouvertes à l’ensemble de la population».

Quarante ans se sont écoulés… L’accessibilité pour tous est toujours loin d’être une réalité. Il y a dix jours, l’Association des paralysés de France publiait son baromètre annuel : à peine plus de la moitié des écoles et seulement 42% des réseaux de bus sont aujourd’hui accessibles aux personnes à mobilité réduite. En 2012, un rapport très détaillé de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) évaluait à… 15% le nombre d’établissements recevant du public aux normes. Un résultat qualifié de «lamentable» par la ministre chargée des Personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti, qui avait toutefois assuré «maintenir le 1er janvier 2015 comme date butoir mais avec un nouvel échéancier intermédiaire pour maintenir la pression sur tous les acteurs.»

En savoir plus...

Chiffres clés du handicap

12 Millions de Français sont porteurs d'un handicap

5,5 Millions  se déclarent en situation de handicap

1,5 Millions souffrent d'une déficience visuelle

850 000 Français disposent d'une mobilité réduite

Copyright © 2007-2018 Médialis - Tous droits réservés